Les champs de l’énergie vitale

Posted by

Les champs énergétiques de la conscience

Dans la pensée shandarienne, l’énergie vitale est le produit de la fusion de 2 champs électromagnétiques communicants qui sont le champ biophotonique et le champ psionique. Dans cette fusion, nous avons l’énergie psionique qui est l’énergie de direction de l’enveloppe biologique. Elle est la force masculine de l’énergie vitale. Puis, nous avons l’énergie bio-photonique qui  est l’énergie de contrôle de l’enveloppe biologique. Cette dernière est la force féminine de l’énergie vitale.

Il y a donc pour l’énergie vitale une force masculine et une force féminine. Un peu comme le principe du Yin et du Yang dans les philosophies chinoises.

1) Le champ biophotonique: L’enveloppe biologique humaine se compose de cellules qui émettent naturellement des « bio-photons ». L’émission de ces bio-photons génère des champs bioénergétiques autour des organes, systèmes et régions du corps. Ainsi nous avons plusieurs niveaux de champ bioénergétiques classifiés dans le Shandarisme comme suit : champ génique (gene et chromosome), champ cellulaire/tissulaire, champ organique (les viscères), champ systémique (système nerveux, cardiaque, digestif, etc), champ crânial, champ troncal, champ modulaire (membres inférieurs et supérieurs) et enfin le champ global qui n’est rien d’autre que l’aura. Lorsque par exemple qu’un magnétiseur fait ses passes magnétiques, il travaille en fait sur le champ biophotonique.

2) le Champ psionique: Le champ psionique est le champ de la conscience. Ce dernier contient la mémoire et produit les pensées qui agissent sur le champ biophotonique. Dans ce rapport mental-énergie-biologie, on peut même dire que les pensées sont les commandes qui dirigent le corps par l’intermédiaire du champ biophotonique. Les pensées créent différentes fréquences d’énergie polarisée que l’on appelle communément les émotions et qui résonne aussi bien au niveau du corps (psychosomatisme) qu’au niveau de l’esprit (les sentiments) par l’intermédiaire des champs biophotoniques. Enfin, lorsque l’on met en application les pouvoirs de l’esprit, c’est l’énergie du champ psionique qui est utilisé et non celle de l’énergie biophotonique.

L’énergie vitale, comment cela fonctionne?

Selon les enseignements shandariens, chacun des 8 champs bioénergétiques composant le champ biophotonique constitue  un système de contrôle qui contient selon ses fonctions et spécificités toutes les informations nécessaires (paramètres physiologiques) pour le fonctionnement de l’enveloppe biologique tels que la température corporelle, la pression artérielle, etc. Le tout aboutissant à une relation d’équilibre intérieure entre chacun de ces composants que l’on appelle l’homéostasie.

Durant la phase de projection de la conscience (La conscience possède plusieurs phases dans son cycle de vie), il se crée une intrication psychique dans laquelle la présence  de l’énergie psionique dans l’enveloppe biologique s’enchevêtre avec l’énergie bio-photonique. A partir de là, le champ psionique donne ses instructions au champ biophotonique qui les exécutent sur l’enveloppe biologique (mouvements et comportements). Il s’agit ici d’un contrôle mental naturel à 3.

C’est-à-dire le champ psionique représentant la conscience/mémoire contrôle mentalement le champ biophotonique qui contrôle à son tour l’enveloppe biologique tel un automate.

Le corps humain est donc un robot biologique sous le contrôle mental d’une conscience. On parle même dans le Shandarisme de vecteur de contrôle (1) et d’un signal de contrôle vectoriel par lequel transite l’information entre le champ psionique et le champ biophotonique.

A propos du corps éthérique, causal, bouddhique, christique, etc

Le Shandarisme ne reconnait tout simplement pas leurs existences. Car pour nous Shandarien, il n’y a pas de “corps” qui s’emboiterait les uns dans les autres comme une Matrioshka. Mais seulement 2 champs énergétiques interconnectés et communicants entre eux qui sont le champ biophotonique et le champ psionique. Pour la pensée shandarienne les histoires de corps éthérique, christique, divin ne sont rien d’autre que de la connerie New-Age.

Dans le cas de décorporation et de voyage astral, seul le champ psionique se détache alors que le champ biophotonique reste pour continuer d’assurer les fonctions vitales de l’enveloppe biologique. Il assure ainsi la garde de l’enveloppe. Puis, lorsqu’il n’y a plus d’instruction à exécuter, le champ biophotonique rappelle le champ psionique. La conscience/champ psionique est alors aspiré malgré lui pour revenir se reconnecter, non pas à l’enveloppe biologique elle-même, mais au champ biophotonique de cette dernière.

Ce qui n’est pas le cas lors d’un transfert de conscience ou d’un échange de conscience, puisque le vecteur de contrôle initiale est remplacée par celui de la conscience entrante.

(1) vecteur de Contrôle: Dans la pensée shandarienne, la conscience humaine n’est rien d’autre qu’un vecteur de la Conscience Universelle. Lorsque celle-ci se connecte au champ biophotonique d’une enveloppe biologique, elle en prend le contrôle. Elle est ainsi appelée Vecteur de contrôle. Selon sa configuration psychobiologique, un vecteur de contrôle peut contrôler une seule ou plusieurs enveloppes biologiques à la fois.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *